Ne sous estimez pas les conséquences sur le corps du contexte anxiogène

Exploration de l'inconscient aux limites du mystère

L'exploration de soi par le questionnement

Une simple question permet parfois une exploration profonde de soi, c'est ce que je vous propose de découvrir dans la vidéo ci-dessous :

Les objectifs de l'exploration de l'inconscient

L'exploration des couches profondes de l'inconscient va être utilisée en hypnothérapie pour résoudre un problème comme un traumatisme psychique ou pour provoquer une élévation de conscience permettant, par exemple, de découvrir un sens à sa vie ou pour développer plus de créativité ou simplement par simple curiosité comme un explorateur d'un monde incroyable. Dans tous les cas, il s'agit d'explorer  ce qu'il y a de plus grand  que nous en nous et que nous dénommons sans pouvoir le définir précisément "l'inconscient". L'inconscient est tout ce dont nous ne sommes pas conscient et qui est constitué de souvenirs, d'émotions, de ressources, d'automatismes acquis, de programmes innés et de tous les apprentissages de la vie qui vibre intensément  en nous. 
Carl Gustav Jung considérait qu'au-delà de l'inconscient personnel se trouvait un inconscient collectif commun à l'humanité. Certains considèrent, aujourd'hui, que notre psychisme  possède un fonctionnement holistique et que l'inconscient fonctionne comme un champ quantique contenant tous les possibles. Nous savons également que notre esprit n'est pas seulement contenu dans notre boîte crânienne car nous avons des neurones dans le corps principalement dans le coeur et le ventre et que le corps, le cerveau et l'environnement sont en interactions constantes. 
L'exploration de l'inconscient nécessite de faire preuve d'humilité et de curiosité, il nous faut pour un temps abandonner nos classifications, nos repères, nos croyances pour entrer sans restriction dans le champ de la découverte. Ce sont nos croyances qui vont constituer nos propres limites mentales. Plus nous serons ouvert à l'extraordinaire, plus l'extraordinaire se produira. Et il n'est en définitive simplement ce qu'il y a au-delà de notre propre perception du monde.  Si nous acceptons, le fait que le réel est excessivement complexe alors l'extraordinaire nous attend partout. Ce qui pourrait peut-être bien cacher la véritable raison qui se cache derrière toutes les raisons évoquées pour explorer l'inconscient : réenchanter notre vision du monde.

Les différents outils de l'exploration de l'inconscient

Nous trouverons, ci-dessous, quelques techniques qui vont permettre un dialogue avec les couches profondes de l'esprit :
L'exploration par le questionnement en transe hypnotique
Le travail métaphorique avec le clean language
La création artistique 
Le signaliting en hypnose
L'exploration avec le pendule et autres techniques idéomotrices
L'exploration avec les tarots psychologiques
L'écriture intuitive, l'écriture automatique
L'analyse des rêves, la pratique du rêve lucide
Le jeu de rôle exploratoire
La rencontre du guide en hypnose
La "regression vie antérieure" ou "entre-vies en hypnose"
Etc...

Le travail avec les mouvements idéomoteurs


Lors des mouvements idéomoteurs, un sujet réalise des mouvements musculaires inconscients. Le terme a été employé en 1852 pour la première fois par William Benjamin Carpenter. A la même période, le chimiste Michel Eugène Chevreul a montré que les mouvements du pendule ou les tables tournantes étaient provoqués par des petits mouvements inconscient coordonnés dans un même objectif . L’observation du langage non verbal montre que les individus peuvent exprimer consciemment un point de vue avec les mots et exprimer tout autre chose avec le corps.
Les mouvements idéomoteurs montrent la dissociation entre l’esprit conscient et l’esprit inconscient. La notion d’esprit inconscient est largement métaphorique mais exprime néanmoins d’une manière compréhensible, la complexité du fonctionnement du psychisme. L’utilisation des mouvements idéomoteurs va permettre un véritable dialogue avec les couches profondes de l’esprit. Que ce soit avec l’écriture automatique, les pendules ou encore le mouvement des doigts (signalting), il est possible de dialoguer avec l’esprit inconscient sans que le conscient ne le perçoive.
 L’intérêt de ce dialogue avec les couches profondes du psychisme est que l’on peut accéder à l’individu dans ce qu’il sait et ce qu’il souhaite vraiment au fond de lui-même. L’esprit conscient semble n’avoir qu’une vue partielle et souvent illusoire de la réalité qu’il perçoit. L’inconscient recèle davantage de perceptions, de souvenirs, de motivations, de désirs, de rêves, de valeurs que peut en assimiler le conscient. Le conscient est davantage sujet aux influences extérieures et aux manipulations des autres. Lorsqu’il y a un trop grand écart entre ce que désire l’inconscient et ce qu’exprime le conscient, la maladie ou du moins le mal-être s’installe.
Le travail avec le pendule est l'un des exemples d'une technique idéomotrice au service de l'exploration de l'inconscient.  Pour créer un pendule, il suffit de fixer au bout d’une ficelle un poids comme par exemple une clé, une alliance, un écrou. Tenez l’extrémité supérieure de la ficelle entre le pouce et l’index en laissant pendre le poids librement. Il faut que vous gardiez votre main immobile et que vous ne fassiez aucun effort physique pour aider le pendule à se mettre en mouvement. Concentrez-vous seulement sur l’idée du mouvement. Imaginez par exemple que le pendule tourne en décrivant un mouvement circulaire. Au bout de quelques instants, le pendule va se mettre en mouvement sans que vous ayez l’impression de faire un quelconque mouvement. En réalité ce sont les micros mouvements de vos doigts qui vont générer la rotation du pendule.
Vous avez un éventail de possibilités pour générer le mouvement du pendule : soit la rotation, soit l’oscillation de gauche à droite, soit à l’oscillation de haut en bas. La trajectoire circulaire peut s’exécuter dans le sens horaire ou anti horaire.
Il suffit de codifier les mouvements pour obtenir une communication avec l’inconscient :
mouvement circulaire pour OUI
mouvement de gauche à droite pour NON
mouvement de haut en bas pour JE NE SAIS PAS 
Placez-vous ensuite dans un état de transe (autohypnose) ou placez votre sujet en transe (hypnose). Posez une question à l’inconscient et demandez-lui de vous indiquer la réponse par le mouvement du pendule. Le rôle de l’inconscient est de protéger le sujet, il ne dira pas forcément la vérité mais ce qui lui semble utile de dire. Il faut donc une certaine pratique de la communication avec l'inconscient pour utiliser d'une manière fiable ces techniques.
Le signaliting consiste à utiliser les mouvements idéomoteurs du corps pour dialoguer avec l’inconscient lorsque le sujet est en transe. Les différents mouvements possibles sont : Le mouvement des doigts comme par exemple l’élévation de l’index droit pour OUI, le gauche pour NON et le majeur gauche pour JE NE SAIS PAS ou J’AI BESOIN DE PLUS D’INFORMATIONS POUR REPONDRE. On peut également utiliser le hochement de la tête, la lévitation de la main ou le mouvement de n’importe quelle partie du corps. Il suffit d’associer un mouvement à une réponse, en général OUI, NON, JE NE SAIS PAS. En hypnothérapie, ce type de dialogue permet d'accentuer la dissociation. Il est possible par exemple de communiquer avec la partie du psychisme responsable d’un comportement qui n’est plus souhaitable. Et ainsi entrer en négociation avec cette partie du psychisme pour modifier ce comportement. C’est le protocole classique du recadrage.

Le dessin et l'écriture automatique

Sous le vocable écriture automatique, il faut distinguer l’écriture automatique au sens strict et l’écriture intuitive.
L’écriture intuitive consiste à écrire rapidement en se laissant aller sans contrôle ni censure. C’est une pratique qu’ utilisaient beaucoup les surréalistes. Le sujet est conscient de ce qu’il écrit, il écrit simplement avec un lâcher-prise complet sans se soucier du sens des phrases ou des dessins qu’il réalise quand il s’agit de dessin intuitif. 
En général, on tire de cette pratique une matière brute qu’il faut ensuite affiner dans un travail artistique ou dans laquelle il faut piocher des mots-clés dans un travail thérapeutique.
L’écriture automatique est une écriture dissociée. Celui qui écrit ne se rend pas compte de ce qu’il écrit. Ce type d’écriture a été aussi utilisé par les surréalistes mais moins fréquemment. Elle le fut davantage par les spirites qui considéraient qu’un défunt pouvait s’exprimer à travers le corps du médium. Elle est aujourd’hui utilisée par les hypnothérapeutes pour obtenir une information directement de l’inconscient du sujet sans que celui-ci ne soit conscient de cette information. Le dessin automatique consiste à obtenir un dessin totalement dissocié comme si la main dessinait seule sans la participation de celui qui dessine.
Alors que l’écriture intuitive est relativement simple à pratiquer et est à la portée de tout le monde, l’écriture automatique est complexe à réaliser d’abord en hypnose et bien plus encore en autohypnose. Mais avec un peu de pratique et de persévérance, on peut pratiquer l’écriture automatique d’une manière totalement dissociée, même en autohypnose. En général, il est préférable de commencer avec une lévitation du bras en tenant un crayon et permettre ensuite au bras de se reposer tout seul et de commencer à former des lettres simples. Il est possible d’obtenir assez rapidement une écriture dissociée. La main semble alors écrire sans qu’intervienne la volonté. Il est plus complexe d’obtenir une écriture lisible, le problème du débutant c’est de pouvoir se relire. Avec le temps l’inconscient apprend à former des lettres lisibles, il faut un peu de patience car c’est un nouvel apprentissage de l’écriture. Il peut être intéressant d’écrire de différentes manières d’une main puis de l’autre, avec des lettres larges ou étroites, en écoutant une musique et en suivant le rythme de la musique. Tout ceci pour recréer de la plasticité, là où nos apprentissages ont généré de la rigidité. C’est pour cela que l’écriture automatique est déjà en soi thérapeutique car elle permet de redonner de la fluidité, de la créativité et de la fantaisie à l’individu.
En tant qu’hypnothérapeute spécialisé dans l’exploration de soi, l’écriture ou le dessin automatique me paraît être un outil fondamental. Et il demande néanmoins une pratique étalée sur plusieurs séances pour la plupart des individus.
Plus simplement la rédaction d'un journal permet progressivement de redonner du sens à une narration qu'un événement traumatique interrompt. Parfois, il s'agira d'écrire une lettre à un parent défunt ou encore rédiger un contrat avec soi-même.  L'écrit oblige à s'arrêter pour choisir des mots, pour les ordonner, il structure autant qu'il ouvre des perspectives nouvelles car les mots peuvent nous surprendre. Ils transforment parfois les maux en une histoire poétique et inattendue.  Je recommande souvent la pratique du haiku , cette poésie  de la pleine conscience qui a le mérite de nous redire l'essentiel.

Un outil de base : les 3 pages du matin

Il existe une pratique simple mais néanmoins très efficace pour retrouver créativité et prendre conscience du censeur qui est en nous. Ce censeur est cette partie de nous qui nous décourage et nous dévalorise sans cesse. Julia Cameron dans son livre Libérez votre créativité recommande d'écrire tous les matins trois pages, sans poursuivre aucun autre but que d'écrire. Elle nomme cette technique "les pages du matin" et recommande de ne pas se relire immédiatement mais attendre plusieurs jours avant de le faire. Elle nous précise " Trois pages de tout ce qui se passe dans votre tête c'est tout ce qu'il y a à faire". Elle explique encore  : " On pourrait aussi , moins glorieusement, les appeler lavage de cerveau, car c'est bien là  une de leurs fonctions principales."
Cette pratique va amener progressivement une prise de conscience des messages contraignants qui nous empêchent d'être nous-mêmes. Après plusieurs jours de cette pratique, je vous propose  de relire vos écrits et de rechercher ces messages que nous avons évoqués dans un article précédent. Progressivement, vos écrits du matin vous conduiront vers votre centre intérieur. Ce point d’équilibre précis où vous êtes, vous-mêmes, en toute simplicité. Et comme l'indique Julia Cameron : " L'ennui se camoufle sous la question : "A quoi ça sert  ?". Et "A quoi ça sert" ? renvoie à la peur, signifiant que vous désespérez en votre for intérieur. Mettez donc vos peurs sur la page. Mettez n'importe quoi sur la page.  Mettez en trois pages. "

Le travail métaphorique et symbolique

Le travail sur les métaphores me paraît être fondamental dans l’exploration de l’inconscient. Le langage de l'inconscient est essentiellement métaphorique. Celui du conscient l'est également mais les métaphores sont en général dissimulées dans un discours aux allures faussement logiques et apparemment dénué d'images. 

Le sujet auto-modélise l’organisation de son paysage métaphorique, il prend conscience des symboles et des relations entre les symboles qui constituent ce paysage et qui crée le contexte pour le changement.
«Dans tous les aspects de la vie, nous définissons notre réalité en terme de métaphores puis agissons sur la base de ces métaphores.» Lakoff et Johnson.
En prenant conscience de l’influence des métaphores sur son comportement et en modifiant en conséquence ses métaphores, le sujet agit afin de retrouver liberté et créativité.
Je ne peux que vous conseiller d'approfondir cette formidable technique que l'on nomme le Clean language.
 Il s’agit de faire émerger des métaphores par une série de questions qui permettent au sujet de s’exprimer sans que le thérapeute n’influence trop celui-ci. Comme l’exprime David Grove : 
Nous posons nos questions afin que le client puisse comprendre sa perspective de l’intérieur, dans sa propre matrice. Nos questions auront donné une forme, rendue manifeste quelques aspects particuliers de l’expérience interne du client, d’une façon qu’il n’a jamais expérimenté auparavant.
Le sujet auto-modélise l’organisation de son paysage métaphorique, il prend conscience des symboles et des relations entre les symboles qui constituent ce paysage et qui crée le contexte pour le changement.
«Dans tous les aspects de la vie, nous définissons notre réalité en terme de métaphores puis agissons sur la base de ces métaphores », Lakoff et Johnson
En prenant conscience de l’influence des métaphores sur son comportement et en modifiant en conséquence ses métaphores, le sujet agit afin de retrouver liberté et créativité. Je ne peux que vous conseiller d'approfondir cette formidable technique que l'on nomme le Clean language.
La syntaxe de base du Clean Language est une manière d'associer les mots :
Et ( mots du sujet). Et quand ( mots du sujet) + question clean.

Les questions de base sont :
  • Et ce (mots du sujet) c'est comme quoi ?
  • Et y a-t-il autre chose à propos de (mots du sujet) ?
  • Quel genre de (mots du sujet ) est ce (mots du sujet) ?
  • Et où est (mots du sujet) ?
  • Et qu’est-ce qu’il se passe ensuite ?
  • Et qu’est-ce qu’il se passe juste avant ?
Voici un exemple de la démarche :

Sujet : "Je me sens anxieux, angoissé, j'aimerai avoir plus d'énergie"

Thérapeute : "Et vous, vous sentez anxieux, angoissé. Et quand vous vous sentez anxieux, angoissé, c'est comme quoi ?"

Sujet : " C'est comme si je marchais dans le brouillard "

Thérapeute : " Et c’est comme si vous marchiez dans le brouillard. Et quand vous marchez dans le brouillard, quel genre de brouillard est-ce, ce brouillard ?
Etc...
D’autres techniques existent pour faire émerger des paysages symboliques sur lequel le thérapeute va travailler. Le tarot psychologique et sa longue tradition symbolique est un excellent outil pour explorer les problématiques inconscientes des sujets rigidifiés. En tant qu’hypnothérapeute, je n’hésite pas à utiliser le tarot parce qu’il a tendance à briser les repères habituels du sujet et parce qu’il me permet une rapide exploration de l’individu. Il va droit au cœur et enjambe les conventions pour toucher l’émotion.
Le tarot raconte l’aventure intérieure de chaque individu confronté à la roue de la fortune qui sans cesse rebat les cartes de la vie. Il est l’illustration, entre autres, de la croissance traumatique qui peut émerger lorsqu’un événement difficile survient et qu'on l'utilise pour grandir. Il montre le chemin de l’étoile dansante qui nait du chaos. Il est encore le voyage du héros et l’illustration de la transe hypnotique qui conduit l’individu à toujours se réinventer en puisant dans l’inconscient créatif. Il est ambigu, paradoxal, et ne s’inscrit pas dans le « bien pensant » et la bienséance d’une thérapie conventionnelle. En un mot, il est efficace pour contourner les certitudes qui empêchent l’individu d’évoluer et de guérir.   

Les rêves, le rêve lucide

L'inconscient s'exprime à travers les rêves mais il est très complexe et très aléatoire de décrypter le sens d'un rêve. Par contre, un ensemble de rêves récurrents dans un contexte précis peut faire sens. Il est possible d'interroger son inconscient en posant régulièrement une question et en demandant à l'inconscient de fournir une réponse en rêve. 
 C'est pourquoi le travail avec l'inconscient nécessite en parallèle un travail sur soi, une gestion du stress, un nettoyage psychique et une élévation de conscience pour obtenir des résultats probants.  Sans la volonté de devenir plus serein, plus autonome, plus libre, plus présent, plus vivant, plus créatif et plus joyeux, l'inconscient acceptera difficilement  d'ouvrir les portes des couches profondes de l'esprit qui recèle notre véritable nature : le Soi. Il faut s'approcher sans réserve de  la vie pour accéder à ses merveilles.
L'enfant créatif, joyeux, curieux, aimant et plein de fantaisie est, j'en suis convaincu, le modèle de référence de l'inconscient créatif. Ce qui ne veut pas dire abandonner l'adulte, le raisonnable, l'analytique en nous mais de comprendre qu'il n'est rien s'il n'est pas sans cesse irrigué de l'énergie de la vie. Nous sommes à la fois un être de raison et de passion.  Si nous perdons l'un des deux aspects, nous ne sommes plus que la moitié de nous mêmes.
     
Pour se rappeler de ses rêves, il faut d'abord s'y intéresser, demander à son inconscient de vous donner des réponses en rêve puis de noter vos rêves sur un journal des rêves. En relisant ce journal et en étant patient, vous obtiendrez davantage qu'un interprétation basique des symboles. Rappelez-vous que l'inconscient s'exprime d'une manière métaphorique et symbolique. Son rôle n'est pas de nous dire la vérité mais de nous protéger. Nous maintenir dans l'illusion et le déni peut être la meilleure solution pour nous protéger lorsque nous ne sommes pas prêt à assumer certaines réponses.
Pour avoir un rêve lucide, il faut travailler sur la remémoration de ses rêves. La tenue d’un journal de rêve est essentiel. Il faut s’endormir en souhaitant se souvenir de ses rêves. Ensuite, il faut programmer en autohypnose le rêve lucide. La question essentielle à se poser est : "suis-je en train de rêver?". Et si c’est le cas, mon rêve devient alors lucide et je peux agir sur celui-ci. Durant la journée, je dois me poser plusieurs fois la question : "suis-je en train de rêver ?". Il s’agit de se programmer à se poser la question pour pouvoir se la poser lorsque l’on rêve. Pendant la séance d’auto hypnose, je vais visualiser le processus que je souhaite voir survenir. Après une induction je visualise mon scénario intérieur, et je m’imagine en train de rêver, je m’imagine me posant la question «suis en train de rêver ?». Puis je me répète comme un mantra l’autosuggestion suivante cette nuit, je serai conscient que je rêve, cette nuit, je vais me poser la question : «suis je en train de rêver. ?». Je peux ensuite me réorienter vers l'extérieur et ce que j'ai visualisé va devenir une suggestion post-hypnotique de faire un rêve lucide. Le test de réalité est la programmation au niveau de l’inconscient d’un automatisme. Il s’agit de faire quelque chose que vous ne pouvez faire que dans un rêve, par exemple,  voler comme un oiseau. Durant la journée lorsque vous vous désirez vous envoler, vous n'allez pas décoller dans l'espace. Pourtant, vous allez émettre le désir de voler, c'est simplement une habitude que vous installez .  Pendant le rêve, vous ne pourrez pas faire, dans un premier temps, la différence avec la réalité. Aussi si vous imaginez que vous vous envolez et que vous lévitez dans l’espace, alors c’est que vous êtes en train de rêver.  Dans le principe, tous vos désirs vont pouvoir se concrétiser durant le rêve. Votre inconscient posera quand même des limites qu'il vous appartient de découvrir.
Voici les grands principes pour réaliser un rêve lucide :
  1. Notez ses propres rêves sur un journal
  2. Informez-vous sur les rêves lucides
  3. Répétez en journée la question : Suis-je en train de rêver ?
  4. Réaliser des séances d’autohypnose pour faciliter le rêve lucide.
  5. Programmer un test de réalité ( lévitation, traverser un mur...)
  6. Avant de vous endormir, répétez comme un mantra : Cette nuit, je vais faire un rêve lucide
  7. Durant votre rêve lucide, agissez sur votre rêve, imaginez des décors, des rencontres...

Voyages : "vies antérieures ", "entre-vies" et "Akashiques"

Ces voyages permettent d'obtenir de l'information sur l'origine d'un traumatisme ou ont pour but une exploration de soi à la recherche d'un sens à sa vie ou un fil conducteur de son existence. Selon les croyances des sujets, pour certains, il s'agit d'une exploration réelle de vies antérieures ou d'une vraie rencontre avec des guides spirituelles   tandis que pour d'autres l'exploration n'est que métaphorique. Dans tous les cas, l'immersion dans ces mondes réels ou oniriques est fascinante de précisions et contient une sagesse étonnante. En tant qu'hypnothérapeute, je respecte totalement les différentes croyances des sujets même si à mon sens, il s'agit davantage  d'un voyage dans l'inconscient aux frontières d'un inconscient collectif et transcendant plutôt que d'une réalité physique et tangible.
Ceux qui comme moi, permettent aux sujets d'expérimenter ce type de voyage, se doivent d'avoir une bonne connaissance des différentes spiritualités pour adapter la séance aux croyances de chacun. Il s'agit d'une démarche d'élévation de conscience qui prend racine dans la culture de chacun et conduit vers une sagesse universelle de la vie puissamment curative.  Dans tous les cas, le sujet voyage dans son modèle de croyance et le rôle de l'hypnotiseur n'est jamais d'introduire son modèle de pensée dans le psychisme de l'autre. C'est pourquoi, il faut une grande pratique de la tolérance, de la bienveillance et du respect de l'humain dans toute sa diversité pour donner à vivre ces expériences aux limites de l'hypnothérapie et de la spiritualité. Le praticien doit avoir fait un grand travail de nettoyage de son psychisme pour éviter de risquer de polluer le sujet de ses préjugés ou apriori. 
Dans tous les cas, le sujet voyage dans son modèle de croyance et le rôle de l'hypnotiseur n'est jamais d'introduire son modèle de pensée dans le psychisme de l'autre. C'est pourquoi, il faut une grande pratique de la tolérance, de la bienveillance et du respect de l'humain dans toute sa diversité pour donner à vivre ces expériences aux limites de l'hypnothérapie et de la spiritualité. Le praticien doit avoir fait un grand travail de nettoyage de son psychisme pour éviter de risquer de polluer le sujet de ses préjugés ou apriori. 
Ceux qui, comme moi, permettent aux sujets d'expérimenter ce type de voyage, se doivent d'avoir une bonne connaissance des différentes spiritualités pour adapter la séance aux croyances de chacun. Il s'agit d'une démarche d'élévation de conscience qui prend racine dans la culture de chacun et conduit vers une sagesse universelle de la vie puissamment curative.

L’induction de transe est ensuite réalisée en introduisant déjà d’une manière indirecte l’idée de voyager dans le passé et l’idée de se dissocier pour pouvoir s’immerger complètement dans une expérience thérapeutique.
Dans la plupart des protocoles, il faut imaginer soit de survoler la ligne du temps, soit d’emprunter un  passage vers une autre dimension, soit utiliser une machine à remonter le temps ou tout autre moyen pour aller dans le passé. Il est encore possible d’imaginer devenir un oiseau ou tout autre animal réel ou imaginaire pouvant voler.
Il est souvent demandé au sujet de faire, d'abord, différentes escales dans son propre passé. Le sujet peut alors visiter des scènes de ce qu’il a vécu en essayant de comprendre comment certains problèmes ont pu survenir. Le sujet peut vivre ce souvenir en mode dissocié, c’est-à-dire qu’il se voit plus jeune en train de vivre la scène puis revivre cette même scène en mode associé, c’est-à-dire qu’il est plus jeune, il voit à travers ses propres yeux, de manière à apprendre, à ressentir ce qui s’est passé à ce moment-là.
Ensuite le sujet est invité à revivre sa naissance et à se retrouver dans un espace hors du temps. La rencontre dans cet entre-vie avec un ou plusieurs guides permet de faciliter le recueil de matériaux. Il leur est demandé des conseils, des éclaircissements, un sens à la survenue de la problématique…
Puis le sujet est invité à plongé dans le passé d'une autre vie, une vie vécue antérieurement.
L’essentiel est d’utiliser l’imagination pour voyager vers un passé inaccessible puis s’immerger dans ce passé inaccessible. Passé imaginaire ou réel (selon les croyances) d'une autre vie que grâce à l’hypnose,  on peut découvrir et vivre  en pleine intensité. Lorsque le sujet arrive dans une autre dimension, ou une autre vie, il quitte son corps pour pouvoir rejoindre un autre corps, le corps de celui qu’il était dans une autre vie. L’hypnotiseur l’interroge sur ce qu’il voit autour de lui, ce qu’il entend, ce qu’il ressent et sent. Il se construit alors un scénario proche des mécanismes du rêve, souvent extrêmement précis en fonction de la profondeur de la transe. Le sujet vit la régression comme une hallucination. Ce qu’il  vit, voit, sent, ressent et entend est extrêmement riche de sens, de symboles, de métaphores. Le sujet peut alors rechercher toutes les réponses et les ressources dont il a besoin pour explorer sa problématique. le voyage du retour se réalise par le même chemin en utilisant à nouveau la même métaphore de déplacement. Le sujet revient ici et maintenant, il lui est demandé de pleinement se réassocier à son propre corps et de reprendre conscience de la réalité de notre époque et de l’endroit précis où il se trouve, en ayant conservé une information importante de son incroyable voyage.
Le voyage askashique :
L'Akasha est un terme sanskrit correspondant à un fluide qui compose le monde et qui peut en conserver la mémoire. Les annales akashiques sont comme une vaste bibliothèque qui conserve toutes les informations. C'est cette approche métaphorique que je vous propose de suivre dans la vidéo ci-dessous pour aller rechercher dans votre inconscient une information utile pour votre progression vers la lumière (le bonheur). Les étapes de la progression suivent les grandes symboliques universelles.
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Ne sous estimez pas les conséquences sur le corps du contexte anxiogène