Le recadrage des croyances limitantes

Les croyances limitantes

Une croyance est construite sur une généralisation. Elle devient limitante lorsqu'elle nous enferme dans un modèle de monde restrictif et empêche notre croissance interne.
Souvent, elle dirige notre vie sans que nous en ayons conscience. "Je suis nul", "Je ne suis pas à la hauteur", "Je suis timide".
Comme tout généralisation excessive, elle se démonte quand on cherche la précision. Nul ? toujours, dans toutes les circonstances, tout le temps ? 
Elle résiste rarement à l'analyse logique, dés qu'elle surgit à la lumière, en général, elle se dégonfle, elle a, toutefois, le pouvoir de réaliser un véritable travail destructif dans les replis de notre psychisme. Nos croyances limitantes sont comme des auto saboteurs qui oeuvrent dans le secret pour détourner une partie de notre énergie psychique.
10 20e9c

Comment dénicher nos croyances limitantes ?

Pour faire passer nos croyances négatives et limitantes de l'obscurité où elles se cachent pour réaliser leur travail de sape, jusqu'à la pleine lumière où on peut travailler à les orienter positivement, il existe une série de questions qui a tendance à les débusquer :
De quoi j'ai peur ?
Qu'est-ce que j'appréhende ?
Quelles sont les certitudes que je possède concernant cette problématique ?

Prenons un exemple de quelqu'un qui se considère inapte à prendre la parole en public : 

"Si j'ai peur de prendre la parole en public, c'est que je considère n'être pas assez bon pour m'exprimer devant tout le monde. J'ai peur de n'être plus apprécié car je vais révéler mes failles.
En fait j'ai peur de n'être pas à la hauteur du poste que l'on m'a confiée et que cela se voit lors de mon intervention orale."

Il est possible que cette crainte soit fondée mais dans la majorité des cas, elle ne l'est pas et laisse transparaitre le fameux syndrome de l'imposteur si fréquent dans les milieux professionnels.

Les messages contraignants 

L'analyse transactionnelle a identifié 5 messages contraignants qui vont formés la base de nombreuses croyances limitantes :
Sois Parfait
Sois Fort
Fais Plaisir
Fais des Efforts
Dépêche toi

Ces messages sont le résultat d'une éducation. Même si l'intention des parents, des professeurs, des éducateurs n'étaient pas de transmettre directement ces messages, ils se sont implantés chez la plus part d'entre nous. Certains plus que d'autres en fonction des individus.

Le syndrome de l'imposteur va souvent se bâtir sur la double croyance qu'il fait être parfait et qu'il faut faire plaisir à tout le monde. Cette double contrainte étant impossible à atteindre, celui qui se trouve prisonnier de cette double croyance , va sans cesse être renforcer dans sa croyance limitante qu'il n'est pas à la hauteur et qu'il est imposteur puisqu'il n'atteint jamais l'objectif de perfection et qu'il y a toujours quelqu'un qui appréciera moins son intervention. Il se produit en conséquence, souvent, des attitudes d'évitement qui vont renforcer la croyance  de n'être pas la hauteur. Moins la personne veut faire d'interventions en public plus elle se renforce dans la conviction qu'elle n'en est pas capable.

Les composantes des croyances limitantes

Il existe deux composantes que l'on trouve régulièrement associées aux croyances limitantes, ce sont les obligations fictives et le sentiment d'impuissance.
Les formulations qui vont permettre de mettre à jour les obligations fictives sont :
"Il faut..."
"Je dois..."
"Je suis obligé de..."
Le sentiment d'impuissance va être associé à un manque de pouvoir.

Dans notre exemple précédent : "Sois Parfait" et "Fais Plaisir" devient :
Obligations fictives : "Il faut faire une intervention orale sans faille qui va plaire à tout le monde..."
Sentiment d'impuissance : "Je ne suis pas capable d'être sans faille et de plaire à tout le monde".

Les obligations fictives

Les conduites contraignantes trouvent initialement leur source dans des obligation de survie. "Il faut faire attention en traversant la route." "Je dois dormir pour être en forme".
En la circonstance, elles sont adaptées mais lorsque la conduite contraignante est au service d'un autre message, elle peut devenir une obligation fictive et complètement impossible à atteindre. C'est le cas des messages contraignants de l'analyse transactionnelle.
Une manière de désamorcer l'obligation fictive est de remplacer le "Il faut..." ou "Je dois..." par "J'aimerai...  ou " je désire..." puis d'observer l'impact physique et émotionnel que produit cette modification au fur et à mesure qu'on la rend plus réaliste.
"Je dois être aimer de tout le monde" devient "je désire être aimer de tout le monde" puis "je désire être aimer des gens dont l'opinion compte pour moi"....  
Ce procédé désamorce progressivement l'obligation fictive en se l'appropriant puis en la recadrant d'une manière plus réaliste. 

Le sentiment d'impuissance

Le sentiment d'impuissance est lié au manque de pouvoir supposé qui lui même prend sa source dans les croyances limitantes. Distinguer le pouvoir réel du pouvoir relatif est une manière de recadrer le sentiment de l'impuissance. Notre pouvoir  est rarement réel mais souvent relatif. Tout ce qui concerne le rapport à autrui procède du pouvoir relatif car l'autre possède son libre arbitre. Celui qui pense pouvoir plaire à tout le monde se heurte à l'échec non du fait de son incompétence mais du fait qu'il n'a pas de pouvoir réel sur l'autre. Il faut pouvoir accepter de faire du mieux que l'on peut et abandonner l'illusion du pouvoir réel sur autrui.

L'EFT

L'Eft ou Emotionnal freedom technique est une technique énergétique permettant d'explorer les croyances limitantes et de se libérer de leur impact négatif.
L'harmonisation énergétique se fait grâce à des tapotements effectués sur des points spécifiques du bout des doigts.
La ronde des tapotements :
1- Point de gamme (point "karaté" de la main)
2- Sommet de la tête
3- Début du sourcil
4- Coin de l'oeil
5- Sous l'oeil
6- Sous le nez
7- Creux du menton
8- Sous la clavicule
9- Sous le sein 
10- Sous le bras

Le texte à dire trois fois en tapotant le point 1 dit " point karaté" :
"Même si (énoncé du problème), je m'aime et je m'accepte complètement, profondément et totalement"
Exemple :
"Même si "je ne me considère pas à la hauteur" , je m'aime et je m'accepte complètement, profondément et totalement" 
Puis je répète uniquement le problème (pas à la hauteur) en tapotant plusieurs fois (6 ou 7 fois) les points de 2 à 10.
Après avoir réalisé une première ronde, je laisse venir une précision et je recommence le processus en intégrant cette précision (ex :  pas à la hauteur devant mon collègue de travail").
Et je continue en explorant la problématique de rond des tapotements en ronde des tapotements.

Autohypnose

La séance d'autohypnose va clôturer le processus en visualisant (imaginant) durant la séance celui ou celle que je vais devenir libérer des croyances limitantes, des peurs et culpabilités. 
"Et si j'étais libéré de mes croyances limitantes, de mes peurs et de mes culpabilités..."
Pour réaliser la séance, vous pouvez utiliser sur ce site à la rubrique vidéo des techniques d'induction et d'approfondissement :
1- Une induction pour descendre dans un état de réceptivité
2- Un approfondissement pour stabiliser l'état de focalisation interne
3- Puis imaginer l'état désiré, celui ou celle que je veux devenir dans une scène imaginaire proche d'une situation vécue.
Vivre cette scène dans toutes ses dimensions sensorielles (visuel, auditif, olfactif, kinesthésique...) 
4- Reconnecter vous à des expériences vécues similaires, des souvenirs positifs en demandant à votre inconscient d'y puiser des ressources.
5- Remercier l'inconscient de vous permettre d'atteindre cet état intérieur.

Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires