Une leçon d'hypnose avec Jacques Brel

Et s'il n'y avait qu'une seule chose à retenir....

Journal de la transe 1 : le mode automatique

3 janvier 2018, je décide de publier à nouveau sur ce blog des extraits de mon journal de la transe. J'avais retiré ces pages et celles qui vont suivre car elles avaient suscitées beaucoup d'interrogations et parfois d'incrédulité. Mon travail sur l'écriture et le dessin automatique, s'est poursuivi, notamment, avec un artiste qui a crée grâce à l'autohypnose un jeu de tarot symbolique très beau et très profond. Je me dis que cette démarche créative peut être inspirante et aidante pour certains d'entre vous.
Comme, il s'agit d'extraits d'un journal, pas forcément dans l'ordre chronologique, les différentes dates ne sont précisées qu'à titre indicatif, elles n'ont en soi que peu d'importance.

Alexas_Fotos (source)

Mais reprenons l'aventure à son début :

30  juillet 2015
Les notes contenues dans le journal de la transe concernent mes propres expérimentations sur la transe hypnotique et le flow, cet état spécifique de focalisation de l'attention lors d'une activité. Elles pourront surprendre ceux qui ne connaissent pas l'autohypnose.` Les phénomènes hypnotiques décrits, ne sont que des fonctionnements ordinaires du cerveau, phénomènes réalisables par tous ceux qui veulent prendre le temps d'expérimenter les états de transe.
La transe est un état modifié de conscience où on laisse davantage de place à l'expression de l'inconscient. 
La transe est utilisée, en générale, pour permettre davantage de lâcher prise et générer bien être et confiance en soi. 
Elle peut aussi être utilisée pour favoriser des processus d'autoguérison et de contrôle de la douleur. 
Ici, elle est davantage utilisée pour favoriser des expérimentations sur les phénomènes hypnotiques et développer les potentiels créatifs et intuitifs.
Au cours des prochains mois, je me donne un objectif spécifique : Réussir, l'écriture automatique en état de transe.
Actuellement, je peux écrire en mode automatique, c'est à dire sans conscience des mouvements de la main mais l'écriture produite est incompréhensible.

Un écriture automatique comme je désire l'obtenir, doit réunir trois conditions :
1 Ecrire sans conscience des mouvements de la main 
2 Le texte écrit doit avoir un sens ignoré du conscient
3 On doit pouvoir lire le texte facilement

Aujourd'hui 29 juillet 2015, je suis incapable de produire une écriture automatique qui réunit ces trois conditions.
Extraits de mon journal de la transe : 15 octobre 2011

La première expérience significative de la transe, je l'ai eu en marchant, un jour de printemps dans le jardin des plantes de Laval, il y a plus de vingt ans.
Je ne faisais pas d'autohypnose à l'époque, mais je m'essayais à la méditation et au Zen.
Je marchais en pleine conscience, c'est à dire en étant uniquement focalisé sur les mouvements de mes pieds et du contact avec le sol.
Tout à coup, j'ai ressenti un état de bien être et de joie intérieur. 
Mon corps semblait flotter et j'avais la sensation d'être connecté à l'univers.
J'étais totalement dans l'instant vécu et chaque seconde me semblait pleine et entière. 
Le temps semblait s'être arrêté et j'avais vraiment l'impression d'être là exactement où je devais être. L'expérience a duré quelques instants et je suis redevenu dans un état de conscience ordinaire.
Si je devais qualifier ce que j'ai vécu, par rapport à l'état ordinaire, je dirais que la différence vient principalement dans la densité du vécu.
     
Extraits de mon journal de la transe : 31 décembre 2012

Je viens d'expérimenter, une nouvelle fois, ce 30 décembre 2012, une forme de déplacement inconscient de l'intégralité du corps.

J'ai débuté la séance couché sur mon lit.
Après avoir réalisé, la spirale sensorielle (une pleine conscience de ce que l'on voit, entend et ressent) , puis un décompte de 9 à 1, je demande à mon inconscient une lévitation du bras droit (le bras semble s'élever seul, en mode automatique), bras que je visualise très haut.
Puis, je me force à penser à autre chose, à distraire mon conscient.
Le bras qui repose sur le lit horizontalement contre mon corps, s'élève très vite verticalement.
J'ai conscience de la lévitation uniquement en position haute.
Je réalise la même procédure avec le bras gauche.
Puis je visualise tout mon corps se levant du lit et je demande à mon inconscient de me sortir du lit.
Je me force à penser à autre chose.
Le corps s'agite par spasmes rapides et saccadés.
Des mouvements du corps brusques et incontrôlés.
Puis tout redevient calme. Je n'ai pas réussi à faire lever mon corps en monde inconscient ce soir là.

J'ai déjà réussi en d'autres circonstances une levée totale de mon corps en mode entièrement automatique comme si j'étais devenu un automate.
Etant uniquement spectateur d'un corps qui ne semble plus m'appartenir et que l'inconscient contrôle temporairement.
Le corps trouve souvent d'étranges positions pour créer un déséquilibre qui accélère la levée d'un bras ou d'une jambe.
L'avant bras se penche au-delà du lit  et profite du déséquilibre du bras dans le vide pour lever le coude et propulser le bras très haut.

La première fois je ne comprenais pas où mon corps voulait en venir lorsqu'il jouait de l'équilibre et du déséquilibre pour accélérer le mouvement.
Un jour, je me suis trouvé en dehors de mon lit comme propulsé sans avoir compris comment c'était possible.

 
Ce phénomène est très surprenant la première fois. J'ai pu ainsi faire quelques pas en mode automatique, sans savoir ou j'allais, descendre des escaliers avant que le conscient reprenne le contrôle.
A chaque fois, j'ai éprouvé un immense plaisir et la sensation d'être protégé par mon propre corps, comme si je redevenais un petit enfant conduit par sa mère avec amour.

J'ai perdu ensuite la possibilité de réaliser la marche automatique comme si le conscient refusait de perdre le contrôle.
30 juillet 2015

Je travaille actuellement, le mode automatique du mouvement de l'écriture.
Souvent, il me faut au départ initié un mouvement conscient, puis je laisse le mouvement se continuer en mode automatique.
La main est comme dissociée du corps et vit sa propre vie. Je pense à tout autre chose en oubliant autant que possible le mouvement de la main.
J'écris ainsi une page entière d'une assez belle écriture qui m'est totalement inconnue mais qui est, hélas, incompréhensible.

Mon désir est d'amplifier la communication avec mon inconscient par l'intermédiaire de l'écriture.

A suivre...
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Une leçon d'hypnose avec Jacques Brel

Et s'il n'y avait qu'une seule chose à retenir....